Campagne Contre le Mur d’ApartheidLes Faits de La “Première Phase” de Construction du Mur
Posted in

Campagne Contre le Mur d’ApartheidLes Faits de La “Première Phase” de Construction du Mur

***image2***Fin Juillet 2003, un peu plus d’un an après avoir commencé la construction du Mur, l’armée israélienne a annoncé l’achèvement de sa “première phase”, qui suit un tracé de 145 km à travers les districts du Nord de la Cisjordanie : Jenin, Tulkarem et Qalqiliya. La réalité est cependant bien différente : jour après jour, la destruction de terres cultivées et la démolition de maisons et de marchés continue dans cette zone. La dévastation à grande échelle des moyens de subsistance de la population par le biais des anéantissement des cultures et la confiscation de ressources au cours de la “première phase” du Mur, met en évidence le vrai objectif du Mur : accaparer le maximum de terres, expulsant ainsi les Palestiniens de leurs maisons et de leur sol. Les habitants ont d’ailleurs déjà été forcés de rechercher d’autres moyens de subsistance, car de plus en plus de familles affrontent cette nouvelle réalité : devenir des réfugiés.

Les données qui suivent se rapportent uniquement à ce qui s’est déroulé dans le nord de la Cisjordanie pendant la “première phase” de construction du Mur.

Vue d’Ensemble

  • Plus de 200,000 personnes qui vivent dans les secteurs proches du Mur dans les districts de Jenin, Tulkarem et de Qalqiliya sont affectés par le Mur.
  • La ville de Qalqiliya est entièrement encerclée par le Mur. Tulkarem est isolée d’un côté par celui-ci et de l’autre par la “Barrière d’Isolement” (une expansion du Mur qui assure un isolement total et crée un ghetto ). 18 villages sont encerclés par le Mur sur trois côtés.
  • A plusieurs endroits, le Mur est construit 6 km à l’intérieur de la Cisjordanie, réduisant sa largeur de plus de 1/10ème.
  • Environ 11,550 personnes, vivant dans 16 villages, sont prises au piège entre le Mur et la Ligne Verte de 1967, dans le secteur annexé de facto, qu’Israël considère maintenant comme “zone militaire fermée”.
  • 10 colonies israéliennes « illégales », et exclusivement juives, sont annexées de facto.
  • La plus grande partie des terres fertiles de plus de 50 villages sera séparée et isolée de la communauté.

Destruction et Vol de Terres

  • 121 455 dunums1 de terre soit 2% de la Cisjordanie, sont de facto annexés pendant la “première phase” du Mur, en raison de la “zone de sécurité” auto-déclarée par Israël.
  • Pour construire cette partie du Mur, 14 680 dunums de terres ont été rasés et 102 320 arbres déracinés.
  • Parmi les 51 communes qui se trouvent sur le tracé du Mur, 25 ont rapporté que les habitants n’ont pas accès à leurs terres, quatre ont un accès limité et 13 y ont encore accès.
  • 3175 familles, soit environ 20 000 particuliers, vivront à l’Est du Mur, leurs terres cultivées se retrouvant de l’autre côté. Ces familles perdront ainsi leurs moyens de subsistance, leurs revenus et leur patrimoine.
  • Environ 10 000 bêtes n’auront plus accès à leurs pâturages.
  • Un marché illégal de vente d’arbres s’est mis en place. Les conducteurs de bulldozers et les compagnies de construction collaborent pour déraciner ces arbres, prétextant la construction du Mur. Ils s’assurent ainsi des ventes lucratives sur le marché israélien.

Etude de cas: dans le petit village de Jayous (district de Qalqiliya, 3000 habitants), 7 puits et 72% des terres ne sont plus accessibles aux paysans. Au total, 8600 dunums ont été confisqué de fait. Au moins 300 familles sont en train de perdre leur seule source de revenus.

Démolitions à Grande Échelle

  • A ce jour, 218 bâtiments ont été démolis dans le village de Nazlat’ Isa, pour la plupart des magasins, sources importantes de revenus et de survie pour nombre de personnes de la commune ; cinq maisons ont aussi été détruites pour construire le Mur de l’apartheid.
  • En outre, au moins 75 magasins, 20 usines, 20 maisons et une école primaire font l’objet d’ordres de démolition devant être exécutés prochainement.

***image1*** Etude de cas: le marché de Nazlat’Isa, village pris au piège entre le Mur et la Ligne Verte de 67, a été entièrement détruit pour construire le Mur. A l’Est du Mur se trouve la ”barrière d’isolement” en voie de construction, et les terres au-dessus du village seront utilisées pour construire l’”Autoroute trans-Israël”, qui sera elle-même connectée au réseau des routes israéliennes et de routes de colons. Des ordres de démolition sont imminents pour 16 autres maisons, ce qui engendrera la destruction de toute son infrastructure économique. La grande partie du village sera ainsi dévastée. Nazlat’Isa pourrait être le premier village détruit le long du Mur.

  • Le Mur passe seulement à quelques mètres de nombreux petits villages, ou hameaux. L’armée a averti les habitants que la construction du Mur a proximité entraînerait la démolition de la plupart des habitations.

Etude de cas: Azzun Atma, un village de 1500 habitants, est entouré de trois côtés par le Mur ; en outre, une route de contournement israélienne traverse ses terres et isole 70 habitants. La construction du Mur a engendré l’interruption de la construction de nouvelles maisons. 24 maisons du village font désormais l’objet d’un ordre de démolition.

Ressources, Infrastructure et Moyens de Subsistance

  • La nappe phréatique Ouest, la plus large ressource en eau douce de la région après le Jourdain, se trouve dans le sous-sol des districts de Jenin, de Tulkarem et de Qalqiliya, qui sont de ce fait les régions agricoles les plus productives de Cisjordanie. D’après la Banque Mondiale, en 2000 ces trois régions représentaient 45% de la production agricole de Cisjordanie.
  • De nombreux villages sont sur le point de perdre leur seule ressource en eau.
  • 36 puits et plus de 200 citernes sont isolés de leur village par le Mur, et 14 autres puits sont menacés de démolition car ils se trouvent dans la “zone tampon” du Mur.
  • Le débit total annuel de ces cinquante puits –qui seront soit totalement perdus, soit très difficilement accessibles– est de plus de 6,7 Mm3, ce qui peut satisfaire les besoins domestiques et agricoles de plus de 122 000 personnes.
  • Les travaux de terrassement du mur par les bulldozers israéliens ont détruit 35 000 mètres de tuyaux d’eau et 25 puits et citernes destinés à l’agriculture et à l’usage domestique.
  • Sur les 51 communes qui se trouvent sur le passage du Mur, près de 50% seront totalement incapables d’irriguer leurs terres situées de l’autre côté du Mur.
  • La confiscation des terres, les diverses destructions et les très sévères entraves à la liberté de circulation entraîneront la perte d’au moins 6500 emplois.

Etude de cas sur le chômage forcé: Les bouclages israéliens ainsi que le Mur autour des communes dans le district de Tulkarem empêchent les habitants de se rendre sur leur lieu de travail, ce qui a provoqué une augmentation du taux de chômage, de 18% en 2000 à 78% au printemps 2003.
Etude de cas sur l’éducation: Dans le district de Tulkarem, environ 650 des 1964 professeurs ont des difficultés à se rendre à leurs classes à cause du Mur (selon la Banque Mondiale). A Ad Dab’a, les étudiants ne pourront bientôt plus atteindre leur école secondaire qui se trouve dans le village voisin, maintenant de l’autre côté du Mur.
Etude de cas: Compte-tenu de l’emprisonnement complet de Qalqiliya par le Mur, près de 10% des 42 000 habitants ont été forcés de quitter leurs foyers en ville pour chercher un emploi ailleur et des moyens de subsistance alternatifs.

***image3***

Notes:
1 1 dunum = 1/10 d’hectare = 1000 mètres carrés

PDF [409K]

en_USEnglish